Les vrais accommodements raisonables

On croyait presque que c’était chose du passé, mais non, c’est encore ressorti avec cette jeune femme qui veut devenir policière en portant le voile. On vient par le fait même rouvrir la plaie des accommodements raisonnables. Quand on parle d’accommodements raisonnables, on pense souvent aux accommodements religieux, mais il y a bien d’autres accommodements auxquels on ne pense pas.

Quand on installe une rampe d’accès à un commerce quelconque pour permettre à un handicapé physique d’y accéder, c’est un accommodement raisonnable, même chose si on permet à un aveugle d’entrer dans un établissement public avec son chien ou d’avoir des tables un peu plus basses dans les restaurants pour accommoder les petites personnes. Voilà des exemples d’accommodements raisonnables qui n’ont rien à voir avec la religion et c’est à ce genre d’accommodements qu’il faudrait s’attarder. La discussion ne serait pas bien longue si on s’attardait à de vrais accommodements raisonnables.

Laïcité… pas si évident

Selon madame Djemila Benhabib, il faudrait être laïc mur à mur, c’est à dire partout. Faudrait enlever les crucifix des établissements publics, ainsi que tous les symboles religieux qui se trouvent hors des églises, enlever les fêtes de Pâques et de Noël…

Pourquoi les enlever? Elles font partie de nos traditions, de nos racines, de notre culture. On ne va pas se souhaiter joyeux équinoxe du printemps à la place de Joyeuses Pâques ou joyeux solstice d’hiver à la place de Joyeux Noël… bien que certains y ont déjà pensé. Puisque la religion catholique fait partie intégrante de notre histoire… faudrait-il effacer une partie de notre histoire.

Liberté de religion

Quand des immigrants pratiquant d’autres religions arrivent au Québec, rien ne les empêche de pratiquer leur religion, ni même de fêter leurs fêtes religieuses, mais il n’y aura aucun accommodement si leur fête tombe un jour ouvrable, ils devront se présenter au travail, il n’y aura pas non plus d’accommodement pour respecter le sabbat ou autre jour du même genre.

Il n’y aura pas ce genre d’accommodements parce que il n’y en a pas pour les catholiques pratiquants, si un policier catholique refuse de travailler le dimanche à cause de sa religion, il ne travaillera pas longtemps dans ce métier, pas plus qu’un pompier qui refuserait d’éteindre un feu le dimanche ou tout autre jour de fête.

C’est la même chose pour les catholiques qui travaillent dans les industries qui ont des quarts de travail de sept jours. Ce doit être la même chose pour tout le monde. Les lieux de travail ne sont pas des lieux de prières.

Notre histoire, notre patrimoine, nos traditions

Qu’on le veuille ou non, la religion catholique fait partie intégrante de notre histoire, de nos traditions et de notre patrimoine. Renier tout ça revient à effacer notre histoire et notre identité, bref à s’effacer comme peuple.

Va-t-il falloir, au nom de la laïcité, changer tous les noms de paroisses qui ont des noms de saints comme patronyme, idem pour les noms de rue, devrons-nous enlever toutes les croix qui existent au Québec y compris celle du mont royal ?

Si le ridicule était taxé… l’état s’autofinancerait.

Billos

Publicités
Publié dans Actualités diverses | Laisser un commentaire