Les voitures électriques

Dernièrement se tenait à Montréal la Formule E. Contrairement à la Formule 1 que vous connaissez sûrement, la Formule E est une course automobile faite avec des voitures électriques au lieu d’autos à essence.

Les organisateurs, dont le maire de Montréal, croient que cet événement fera connaître la voiture électrique et espère qu’il créera un engouement grandissant pour cette nouvelle technologie.

Action du gouvernement

Le gouvernement du Québec veut à tout prix augmenter les ventes de ces voitures dans la province. Dès 2018, le gouvernement ajoutera des quotas de ventes de véhicules verts aux incitatifs déjà en place pour encourager les consommateurs à se procurer ce genre de véhicule.

En 2018, 1,08 % des ventes des concessionnaires devront être des autos électriques ou hybrides et ces quotas atteindront 22,5 % en 2025. Si un concessionnaire n’atteint pas son quota il devra acheter des crédit aux fabricants qui auront accumulé un excédent ou directement au gouvernement.

Pression sur les prix

En pénalisant les vendeurs, l’Institut Économique De Montréal (IEDM) estime que le prix de vente des véhicules classiques augmentera et que l’on verra ces hausses de prix se répartir également sur l’ensemble des modèles. Ces augmentations de prix seront proportionnellement plus élevées pour les voitures les moins dispendieuses, pénalisant ainsi les ménages à faibles revenus.

Erreur monumentale

Est-ce la meilleure solution de pénaliser les concessionnaires automobiles pour vendre plus de voitures électriques? Je crois que c’est mettre la charrue devant les bœufs comme le fait souvent le gouvernement. Tout passe par le consommateur, c’est lui qui décide, le vendeur ne peut pas faire grand chose si l’acheteur ne veut pas acheter un tel produit.

Beaucoup d’irritants font en sorte que le consommateur n’est pas enclin à se procurer ce genre de voiture. Premièrement, l’autonomie qui n’est pas très grande, quoique ça s’améliore. Deuxièmement, le temps de recharge qui est encore trop long. Le dernier point négatif, mais pas le moindre, est le prix d’achat qui est loin d’être à la portée de toutes les bourses.

La solution

Bien des gens achèteraient ces véhicules s’ils étaient moins chers, même avec les inconvénients cités plus haut. Donc, pour mousser la vente des voitures électriques, il faut augmenter les incitatifs, récompenser les acheteurs au lieu de pénaliser les vendeurs… me semble que ça va de soi.

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s