Légalisation de la marijuana

Lors de la dernière campagne électorale fédérale Justin Trudeau a fait la promesse de légaliser la marijuana durant son premier mandat. Parmi les raisons invoquées pour agir ainsi il y a la protection des adolescents ayant moins de 18 ans face à cette drogue, enlever cette activité des mains du monde interlope et par ricochet mettre sur le marché un produit de meilleure qualité.

On sait très bien que le but premier est de remplir les coffres de l’État. Je vois très mal comment on peut protéger les ados en légalisant cette drogue. Le tabac est légal, est-ce que ça empêche les jeunes de moins de 18 ans d’en faire usage? L’alcool est aussi interdit aux mineurs, est-ce que ça les empêche d’en boire? Comment peut-on croire qu’il en sera autrement avec le pot?

La guerre

Il y a quelques années on a entrepris une guerre sans merci contre la cigarette. On a dépensé des millions de dollars pour convaincre le monde de ne pas fumer, on a interdit de fumer dans des endroits comme les parcs et terrasses, même s’ils sont en plein air. On a même déterminé une distance de 9 mètres des portes et fenêtres des établissements publics.

Et voilà qu’aujourd’hui on légalise une substance beaucoup plus dangereuse que le tabac. On ne sait même pas comment mesurer le taux de THC dans le sang de ceux qui conduiraient sous l’effet du cannabis. Il aurait fallu de 5 à 10 ans pour se préparer et mesurer les effets réels dans la société, car il y aura un coût social élevé qu’on ne peut mesurer aujourd’hui.

Le rêve

Nos élus croient que le crime organisé va se retirer comme ça du marché et laisser toute la place à l’État. Foutaise, les trafiquants vont s’adapter très vite et on trouvera sur le marché noir du pot moins cher que celui vendu en toute légalité.

De plus les autochtones pourront vendre le pot sans taxe. Tout comme pour la cigarette, on verra naître une contrebande qui enrichira encore les bandits.

Les affaires

Les vendeurs légaux devront vendre un produit de qualité à un prix fixé par le gouvernement. Ils auront des employés qu’ils devront payer. Un jour pas très lointain, ces travailleurs seront syndiqués. L’employeur devra leur payer des vacances et des journées maladie et quelques congé sociaux.

Pendant que les légaux verront leur coût de production augmenter, les illégaux feront tout pour abaisser leurs frais. Premièrement, ils ne sont pas tenus de collecter les taxes, de fournir un produit de première qualité, ils n’ont pas de syndicat et ils peuvent vendre le prix qu’ils veulent. L’État ne pourra jamais concurrencer le crime organisé.

Afin de réduire leurs coûts, les illégaux couperont la mari qu’ils vendront avec toutes sortes de substances bas de gamme qui leur permettront d’accroire leurs profits. Et s’il leur venait à l’idée de couper avec du fentanyl… méchant problème en vue.

Une substance de première qualité

Les points de vente du gouvernement auront beau offrir un produit d’excellente qualité, de la merde même de bonne qualité… ça reste de la merde.

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s