Ils sont fous ces Québécois.

Si les extra-terrestres nous observaient ils diraient sûrement : «  Ils sont fous ces Québécois ». À voir le comportement de nos politiciens et de certains autres qui occupent des postes importants, il n’y a aucun doute… nous sommes fous.

L’aventure commence par une belle invention, dans un garage de Valcourt, un bien petit garage opéré par une famille de Québécois pure laine, les Bombardier. Aujourd’hui cette entreprise est devenue, à force de travail et d’acharnement, une multinationale d’envergure.

Aide gouvernementale

Elle a souvent bénéficié de fonds publics pour faire du développement, comme la plupart des compagnies qui développent de nouveaux produits. Au début Bombardier ne produisait que des véhicules récréatifs, mais au fil des ans elle s’est diversifiée au point de pouvoir jouer dans la cour des grands.

Des subventions mais pas de travail

On vient de lancer des appels d’offres pour la réalisation du Réseau Express Métropolitain à Montréal le (REM) . Bombardier n’a pas été retenu pour la réalisation de ce contrat entièrement Québécois.

C’est la compagnie française Alston, concurrente directe de Bombardier, qui construira ce train. Pire, aucune exigence de contenu Québécois, ce qui veut dire qu’Alston peut fabriquer partout dans le monde ce projet strictement Québécois.

Pourquoi la Caisse de dépôt et placement du Québec a-t-elle injecté 2 milliards de dollars dans la compagnie Bombardier si on ne lui fait pas confiance pour réaliser nos propres projets ?

Importantes retombées

Le projet de la CDP s’élève à près de 6,3 milliards de dollars, entièrement financé par nos épargnes et nos impôts et pourrait être réalisé entièrement à l’extérieur du Québec. Alston a une usine à Sorel mais étant donné qu’on n’a pas exigé de contenu québécois elle n’a aucune obligation de faire travailler les québécois.

Si on avait exigé que le contrat soit réalisé au Québec, le gouvernement y aurait trouvé son compte. Les impôts et les taxes payés par les travailleurs auraient contribué à remplir les coffres de l’État, au lieu de ça, les chances que ça aille à l’étranger sont grandes.

L’usine de La Pocatière

Bombardier possède à La Pocatière une usine performante qui allie l’expertise et le savoir faire en matière de matériel roulant. Nous avons tout ce qu’il faut au Québec et on donne notre ouvrage à des étrangers, qu’est-ce qui ne va pas chez-nous ?

L’automne prochain, près de 300 mises à pied seront effectuées à l’usine de La Pocatière, ce qui représente près de 75 000 emplois dans une ville comme Montréal. Le gouvernement et la CDP auraient-ils agit de la sorte si 75 000 emplois étaient menacés à Montréal par leur décision ? Évidemment non. Le timing aurait été parfait pour leur accorder le contrat.

Mais nous sommes en région et il n’y a pas beaucoup de voteurs. Avec tous les problèmes que les gens du Kamouraska ont présentement (hôpital et travail chez Bombardier), il se pourrait bien que le député libéral du coin, Norbert Morin, s’il revient sur les rangs, se retrouve avec son seul et unique vote dans la boite de scrutin aux prochaines élections.

Les belles promesses, les gens du Kamouraska en ont marre !

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s