Les usines à bébés

Le député libéral de Mont-Royal à Ottawa, Anthony Housefather, déposera en mai un projet de loi décriminalisant le commerce du sperme, de même que la location de l’utérus des femmes pour les mères porteuses.

Présentement, il est interdit de vendre son sperme ou, pour les femmes de louer leur ventre à des fins de procréation pour d’autres couples. Le gouvernement Trudeau est ouvert aux pourparlers en vue de la légalisation de tout ça. Le but derrière cette discussion est d’aider les couples infertiles, de même que les homosexuels, à avoir des enfants. Est-ce le premier pas vers les usines à bébés ? La réalité dépassant souvent la fiction… rien n’est impossible. Projetons-nous en 2114 et imaginons ce que pourrait être notre vie.

Voyage dans le temps

Nous sommes en 2114. Ce soir, en marchant dans la ville, un panneau-réclame tout illuminé attire soudain mon attention, je peux y lire l’inscription suivante : pour un enfant sur mesure, c’est ici. Sur le coup, je ne sais que penser. Finalement je me décide et j’entre dans cet établissement avec l’intention d’en apprendre davantage sur ce genre d’affaires.

La réceptionniste me reçoit avec son plus beau sourire et me demande ce qu’elle peut faire pour moi. Je lui réponds que j’aimerais me renseigner sur le fonctionnement de l’établissement. En 2114, tous les adultes, dits normaux, ont le droit d’avoir un enfant me dit-elle, qu’ils soient en couple ou seul, peu importe leur sexe ou leur orientation sexuelle.

Le fonctionnement

Après avoir établi ma situation, on m’informe sur la marche à suivre pour avoir un enfant. Premièrement, la réceptionniste me tend un catalogue contenant des photos de jeunes femmes, toutes plus jolies les unes que les autres, en m’expliquant que ce sont des vendeuses d’ovules. Il y a même une fiche de santé qui accompagne chaque photo.

Après avoir choisi la vendeuse d’ovules, la deuxième étape consiste à choisir la mère porteuse, dans un autre catalogue identique au premier on m’invite à spécifier mon choix. La mère sera hébergée par la maison pour tout le temps de la grossesse. Elle aura accès aux meilleurs médecins et elle sera nourrie des meilleurs aliments en fonction de sa santé et de celle de l’enfant à naître. Voilà, en suivant ce protocole, dans 9 mois je serai propriétaire d’un beau petit bébé fait sur mesure pour moi, et payé par l’état.

Pour les femmes, elles devront choisir leur vendeur de sperme dans un autre catalogue. Elles ont aussi le choix entre une vendeuse d’ovules ou se servir des leurs.

Garantie

Et si l’enfant n’est pas parfait à la naissance, qu’arrive-t-il ? On pratique l’avortement post-natal, ou euthanasie. Je m’étonne du si peu de respect qu’on accorde à la vie humaine. On m’explique qu’un bébé n’est en réalité qu’un tube digestif qui se développera en être humain plus tard. L’avortement à l’intérieur ou à l’extérieur du corps de la femme n’a aucune importance.

Tout un cheminement

Je n’en reviens pas ! Je demande des explications, comment en est-on rendu là ? C’est simple m’explique la jeune femme devant moi . Au début des années 2000, le gouvernement a mis sur pied un programme de procréation assistée qui consistait à payer les frais médicaux liés aux traitements pour les couples infertiles qui souhaitaient avoir des enfants.

Dans les années qui suivirent, il a été élargi, permettant ainsi aux couples gais d’y avoir accès, puis comme seuls les célibataires en étaient exclus, on a étendu le programme à tout le monde et on a permis aux mères porteuses de se faire payer. Ce qui n’était pas le cas au début des années 2000 quand on a mis le programme sur pied.

Aujourd’hui cette histoire est de la science fiction, mais on sait tous que la réalité dépasse souvent la fiction. Qui peut nous assurer que ce marchandage de la vie humaine ne deviendra jamais la norme ?

A force de vouloir jouer aux apprentis sorciers et a toujours vouloir contourner les lois de Dame Nature, on pourrait bien en payer le prix un jour, et ce prix sera très élevé.

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s