Les voleurs légaux

Depuis quelques temps les prix du carburant à la pompe augmentent et rien ne semble pouvoir arrêter cette tendance, on prévoit 1,50 $ le litre cet été. Prix juste ou exagération des pétrolières, on ne sait plus trop, car on nous a tellement servi de raisons stupides par le passé qu’il est difficile de croire que cette augmentation est justifiée.

Premièrement, on sait que les pétrolières ne contrôlent pas le prix du pétrole brut. Lequel est influencé par des spéculations sur les marchés internationaux. Elles ne peuvent pas non plus influencer le taux de change. Mais alors qui est responsable de ces hausses de prix ?

Les vrais responsables

Ils sont quelques-uns à se partager la tarte lucrative du pétrole. Parmi ceux qui vous siphonnent les poches on retrouve les détaillants, les gouvernements et… bien sur les pétrolières.

La marge de raffinage

Premièrement, il y a les pétrolières qui, par les marges de raffinage, se font un réel plaisir de vider vos poches. C’est en jouant avec la marge de raffinage que les pétrolières influencent le prix du litre à la pompe.

En 2014, dans la grande région de Montréal, on demandait 12,6 cents pour raffiner un litre d’essence. Quatre ans plus tard, la marge de raffinage est passée à 20,8 cents le litre.

On a subit une hausse de plus de 8 ¢ le litre, soit une augmentation de 65%. Saviez vous que cette hausse équivaut à 15 fois l’inflation pour la même période. Ailleurs en province, toujours en 2014, la marge de raffinage s’élevait à 8,3 ¢ le litre alors qu’elle était de 17,4 ¢ lors des 52 dernières semaines.

Pendant que l’on augmentait de 110 % la marge de raffinage, le prix du litre dégringolait de 33,3 %. Cherchez l’erreur.

Les détaillants

Dans un deuxième temps, on retrouve les détaillants qui jouent avec leur marge de profit. Toujours en 2014, le profit moyen des détaillants s’élevait à 6 cents le litre. Depuis, la marge a augmentée pour atteindre 9,1 cents pour les 52 dernières semaines.

Néanmoins, dans les dernières semaines, certains détaillants de la région de Montréal ont carrément exagéré en se prenant une marge de profit de 12.5 cents le litre.

Les gouvernements

Il y a des taxes sur l’essence. J’espère que vous le saviez. Nos deux paliers de gouvernements, Québec et Ottawa, se partagent un joli montant en taxes pour chaque litre d’essence vendu.

Parmi les taxes prélevées, on retrouve une taxe de 10 cents le litre comme taxe d’assise fédérale, une taxe provinciale sur les produits pétroliers au taux de 19,2 cents le litre, puis la TPS de 5 % viens taxer toutes les taxes précédentes, et comme si ce n’était pas assez, la TVQ au taux de 9,975 % s’applique sur tous les montants ci-haut mentionnés.

Il ne faudrait pas trop compter sur nos élus pour défendre le consommateur lorsque les prix explosent, car avec les taxes chargées au pourcentage ça fait drôlement l’affaire des gouvernements quand le prix est élevé.

Retour en arrière

Vous souvenez-vous en 2008 quand le baril de brut se vendait 150$, le prix que nous payions à la pompe était de 1.47 $ le litre. Présentement le prix du brut est d’environ 80 $/baril et nous payons en moyenne 1,39 $ le litre, c’est presque le même prix qu’en 2008. Si on suit la logique du prix de 2008 on devrait payer le litre environ 78 cents, personnellement je crois qu’on se fait voler en plein jour.

 

Billos

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s