Les prophètes

On a l’impression qu’ils sont éternels. Depuis la nuit des temps, et ce, jusqu’à nos jours, on les retrouve dans toutes les époques. Évidemment ils ont transformé leur image au fil du temps, mais le principe de base reste toujours le même, prédire des catastrophes et apeurer la population.

Parmi les plus célèbres on retrouve Jérémie, le spécialiste par excellence des prophéties catastrophiques de toutes sortes. Qui ne connaît pas Michel de Nostredame, mieux connu sous le nom de Nostradamus et Saint Malachie, pour ne citer que ceux-là. Selon Saint Malachie nous en serions au dernier pape, le 112ième, qu’il a appelé Pierre le romain. Évidemment il ne s’appelle pas Pierre, il n’est pas romain, ni italien, c’est un argentin. Que vaut la prophétie alors ? Avait-il prévu que le pape précédent, qu’il a baptisé «  de la gloire de l’olivier » (Benoit XVl), abdiquerait après un bref séjour à la papauté ?

Les prophètes modernes

Aujourd’hui, les prophètes existent encore, mais ils ont revêtu d’autres apparences, ils poursuivent d’autres objectifs. Ils ne parlent plus au nom de Dieu comme avant, mais au nom de la science ou plutôt au nom d’une pseudo science.

Ils ne sont plus solitaires non plus, ils sont regroupés dans diverses sectes dont la principale est l’écologie.

La couche d’ozone

Parmi leurs prophéties les plus célèbres, on se souvient du trou de la couche d’ozone qui devait s’agrandir pendant 120 ans. On nous disait, à l’époque, que dans 25 ou 30 ans nous ne pourrions plus sortir à l’extérieur sans être vêtu de la tête aux pieds, on n’avait pas le choix si on ne voulait pas être brûlé par les rayons ultraviolets du soleil.

Nous étions dans les années 70. Pourtant, près de 50 ans plus tard, la couche d’ozone est en bonne voie de reconstruction.

Les pluies acides

Les années 70 furent fertiles en prophéties de malheurs puisqu’en plus de la couche d’ozone, on a eu droit à la prophétie des pluies acides qui encore une fois devait avoir des conséquences apocalyptiques sur nos forêts, lacs et rivières.

Ce sont nos érables qui allaient en souffrir le plus. Ces arbres étaient des plus sensibles à cette forme de pollution… fini le sirop d’érable.

Réchauffement climatique

Puis dans les années 90, on nous annonce le réchauffement climatique. La prophétie de l’époque veut que l’arctique soit complètement libre de glace en 2013…

Plus aucune trace de neige dans l’est du Canada, c’est presque trop beau pour être vrai… et ça l’était!

Le bogue de l’an 2000

Puis vint le bogue de l’an 2000. Les avions tomberont du ciel, nos autos achetées avant cette date ne fonctionneront plus, même chose pour les camions et le transport en général, donc pénurie de tout. Il faudra faire des provisions. Rien ne sera épargné, le réseau électrique d’Hydro-Québec pourrait lui aussi tomber en panne. Là, on espérait tous qu’Hydro avait prévu le coup. Bref on avait peur, et on a encore peur. On a tellement cultivé la peur que la panique s’empare de certains, c’en est devenu presqu’un cas d’hystérie planétaire.

La fin du monde

La dernière, la plus terrifiante de toute, même si beaucoup d’autres l’avaient prédit avant, voilà que cette fois c’est du sérieux… ce sont les Mayas eux-mêmes qui prophétisent la fin du monde et ils ont même prévu la date exacte de l’événement : le 21 décembre 2012.

Nous sommes en 2018 et nous avons survécu… fiou !

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s