Le choc des générations

Ce n’est pas d’hier qu’on observe un conflit entre les générations. Depuis que le monde est monde que ça existe et ce n’est pas près de se résoudre. Aucune trêve n’est en vue et l’armistice n’est pas pour demain.

Socrate disait en l’an 470 avant Jésus-Christ : “La jeunesse d’aujourd’hui est une génération perdue. Les jeunes ne respectent plus l’autorité, ne se lèvent plus quand un vieillard entre dans une pièce, ils sont paresseux et impolis. Je suis des plus pessimiste quand je regarde vers l’avenir.”

Les Boomers et leurs descendants

Les plus jeunes pensent que ceux qui les ont précédés ont mal géré les ressources naturelles, n’ont rien fait pour l’environnement… pire qu’ils ont tout gaspillé à leur profit sans tenir compte des générations qui les suivraient.

Les “boomers,” eux, disent que les générations qui les suivent (les x, les y, les milléniums et autres) ne respectent plus rien, qu’ils sont égoïstes, qu’ils ont balancé par dessus bord la plupart des valeurs fondamentales de notre société et qu’ils sont paresseux. Ils croient aussi que la jeunesse ne vit pas dans la réalité d’aujourd’hui mais qu’elle est plutôt perdue dans son monde virtuel.

L’époque Boomer

Les “boomers” semblent avoir oublié leur jeunesse, eux qui ont tout remis en question, que ce soit la religion, les rapports sexuels, le “pot”, bref, ce fut une époque où tout était chamboulé. C’était les années du “peace and love” de l’amour libre, autrement dit de la liberté totale dans tous les domaines.

Qu’on se souvienne des partys monstres tels Woodstock et autres, les groupes rock venaient y donner leurs spectacles durant des jours et des jours, la bière coulait à flot, le pot était roi et là je ne parle pas des fornications qui se déroulaient dans les coins sombres.

La dette, qui doit la payer

Les jeunes croient qu’ils ne devraient pas participer au paiement de la dette faite par les “boomers”, mais ils oublient que si, au Québec, nous avons un réseau électrique fiable à la fine pointe de la technologie, que si les coûts de l’électricité sont parmi les plus bas au monde et que si nous avons aussi un système d’éducation où les frais de scolarité sont aussi les plus bas au Canada, c’est grâce aux “boomers”.

Ce sont aussi les “boomers” qui ont construit les écoles, les universités, les hôpitaux, les autoroutes sans oublier les diverses mesures sociales, dont le système de santé gratuit pour tous, les programmes de prêts et bourses, d’allocations familiales, d’assurance chômage et bien sûr de bien-être social. Toutes ces mesures sont utiles et améliorent la qualité de vie de tout le monde, jeunes comme vieux.

Tout ça a un coût et les gouvernements qui ont mis ces programmes en place ont dû faire des déficits pour pouvoir réaliser toutes ces choses…. d’où la dette. Il est donc normal que les jeunes qui ont bénéficié de tous ces avantages et qui continueront de le faire dans l’avenir paient une partie de la dette.

Une roue qui tourne

Les jeunes d’aujourd’hui ne sont ni mieux ni pires que ceux qui les ont précédés et dans 25 ou 30 ans, les plus jeunes de leur l’époque diront d’eux ce qu’ils disent de leurs aînés aujourd’hui. Trudeau n’est pas un boomer, mais un des leurs, et à voir à quelle vitesse il collectionne les déficits (19 milliards cette année), il n’est sûrement pas meilleur que ses prédécesseurs.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil puisque, depuis la nuit des temps, les mêmes récriminations reviennent constamment.

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s