La DPJ dans l’eau chaude

Il y a cent ans, le Québec entier apprenait l’histoire d’Aurore l’enfant martyre. Une histoire qui a choqué toute la province. On croyait bien qu’en 2019, une histoire de même ne pouvait pas se reproduire. Mais malgré tous les services sociaux qui s’occupent de la défense des enfants, l’histoire s’est répétée. 

Une fillette de 7 ans est décédée suite aux mauvais traitements de sa belle-mère. Malgré  les nombreuses dénonciations, les nombreux signalements, aucun suivi n’a été fait, aucune action pour aider cette enfant n’a été faite. Où était la direction de la protection de la jeunesse (DPJ)? La petite fille, elle-même, criait au secours, appelait à l’aide… Aujourd’hui il est trop tard.

Marquée avant sa naissance

Sa mère n’en voulait pas, tout au long de sa grossesse elle se donnait des coups de poings dans le ventre, dans l’espoir de la perdre. Son père avait des problèmes mentaux… ça commence bien une vie avec de tels parents.

Dès la naissance de la fillette, on avait jugé le père et la mère inaptes à s’occuper adéquatement de l’enfant. Elle avait été placée chez sa grand-mère paternelle. Elle a vécu les quatre premières années de sa vie avec cette grand-mère qui s’en occupait très bien.

Le retour du père

La petite fille a maintenant 4 ans et voilà que le père revient dans le portrait. Il réclame rien de moins que la garde de son enfant. Il s’est fait une nouvelle blonde et aujourd’hui, contrairement à il y a quatre ans, il est en mesure de s’en occuper.

On lui accorde sa demande comme ça, sans suivi, sans enquête sur sa nouvelle conjointe ni sur lui pour voir l’état de son évolution depuis la naissance de sa fille.

Le cauchemar commence

Elle arrive dans cette nouvelle famille qu’elle ne connaît pratiquement pas, avec une belle-mère qui ne l’aime pas. Comme la fillette a déjà demandé de l’aide par elle-même, on peut présumer qu’elle a du caractère et que ce trait de caractère ne fait pas le bonheur de la belle-mère.

Au mois de septembre 2017, la belle-mère de l’enfant l’a violemment projetée au sol pour ensuite la tirer par les cheveux. C’était lors d’une altercation avec le père. Le couple était alors en boisson. La belle-mère fut accusée de voies de fait graves, elle s’est reconnue coupable et a obtenu une absolution. Vous y comprenez quelque chose?

Appel à l’aide

La fillette, alors âgée de seulement 5 ans, s’est déjà rendue au dépanneur pour qu’on appelle la police, relate un document judiciaire. En pleine nuit, elle se rend chez un voisin pour demander de l’aide, mais son père est venu la chercher avant qu’elle puisse s’exprimer.
L’an passé, sur recommandation de la (DPJ), un juge avait accepté de confier la garde complète de l’enfant au père et à sa nouvelle conjointe, en soulignant qu’ils avaient « besoin d’être outillés » pour intervenir auprès d’elle. Le juge était-il au courant que les outils étaient absents? Il semblerait que non, et il a agi quand même.

Bien s’occuper d’un enfant

Pour se nourrir la fillette fouillait dans les poubelles. Elle était attachée et bâillonnée pendant des heures avec du ruban adhésif. On ne voulait pas l’entendre pleurer. Il est évident qu’avec de pareils traitements, elle est devenue très désagréable à vivre, on le serait à moins.

Aujourd’hui on l’a portée en terre. Espérons que ce n’est pas le commencement de l’oubli.

Billos

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités diverses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s