Ces mots interdits

Avez-vous remarqué que depuis quelques années certains mots utilisés jadis sont devenus tabous aujourd’hui. D’où ça vient cette folie? On ne sait trop, mais toujours est-il que ça existe et que la tendance va continuer de perdurer. Quand on voit les Manon Massé de ce monde qui veulent « dégenrer » la langue française, il y a de quoi se questionner.

Selon Mme Massé le mot patrimoine doit être banni de notre conversation. Pourquoi? Parce la racine de ce mot fait référence à une forme de présence et de domination du masculin. Elle ajoutera que : « Patrimoine c’est en ligne direct avec le père. » Il faudrait peut-être bannir la paternité. La stupidité, comme certaines maladies, ça peut être incurable.

Éliminer le masculin

Pour faire plaisir aux féministes radicales, il faudrait éliminer le genre masculin de la langue française. C’est d’ailleurs déjà commencé, lentement et surtout très subtilement. On a pratiquement mis de côté une règle de français, qui a pour but d’éviter plein de répétitions et qui dit que le masculin a préséance sur le féminin.

Les politiciens en abusent au pluriel. Combien de fois avez-vous entendu dans les discours des politiciens les Québécois Québécoises, Canadiens Canadiennes, Montréalais Montréalaises… comme si les gens ne comprenaient pas si on utilisait une autre manière de s’exprimer.

Mots à l’index

Il n’y a pas si longtemps on pouvait utiliser tous les mots de la langue française. Aujourd’hui, on ne dit plus un nain, mais une petite personne. On ne dit plus un nègre, mais un noir ou une personne de couleur. On ne dit plus un aveugle, mais un non voyant ou un handicapé visuel, de même qu’un sourd est devenu un malentendant.

Un fou n’est plus un fou mais un handicapé mental, comme si ça le rendait plus intelligent. Et un pédophile deviendra-t-il un être attiré sexuellement par les jeunes enfants? Une exception cependant, un muet reste un muet… évidemment il ne parle pas.

Irons-nous jusqu’à changer l’appellation des morts? On pourrait peut-être dire d’une personne décédée que c’est quelqu’un dont la perte d’autonomie est complètement achevée.

« Dégenrer » la langue

Dans un avenir plus ou moins rapproché, il va falloir inventer plein de nouveaux mots. Nos enfants n’iront plus à la maternelle pas plus qu’à la paternelle, ça va prendre un nouveau mot. Notre langue maternelle ou paternelle.

En réalité, ça va être pas mal compliqué. Pourquoi alors ne pas donner carte blanche aux féministes radicales pour accomplir cette tache ardue. Elles vont vous régler le problème en 2 temps, 3 mouvements. Comme je le disais plus haut on élimine le masculin et on laisse tout au féminin.

C’est ça « dégenrer » la langue selon certaines féministes frustrées.

Billos

Publicités
Publié dans Actualités diverses | Laisser un commentaire